InfosRecevez par courriel le bulletin d'informationClique ici
Contenu

ÉCHANGES 400 – Juin 2021

  • août 23, 2021
  • 3 min read
ÉCHANGES 400 – Juin 2021

le 1er mai de 1886 à 2021…

La journée de lutte du 1er mai puise ses origines aux États-Unis : Le 1er mai 1886, des syndicats ouvriers états-uniens obtiennent, après deux ans de lutte, la limitation de la journée de travail à 8 heures. Cette limitation ne couvre pas l’ensemble des travailleurs et leur insatisfaction déclenche une grève puissante, tandis que de violents affrontements éclatent à Chicago.
À la même époque, l’idée d’une journée annuelle de revendications naît en Europe. Ainsi, en 1889 à Paris, le congrès de la IIème Internationale Socialiste décide de faire du 1er mai une journée de manifestations et de grèves. La première est célébrée le 1er mai 1890.


Comme aux États-Unis, les revendications sont les mêmes : journée de travail de 8 heures et augmentations salariales. La situation vire au drame le 1er mai 1891, faisant neuf morts dont deux enfants et 35 blessés dans la commune de Fourmies, dans le Nord. L’armée tire, quasiment à bout portant, sur la foule.


Le gouvernement de Clémenceau, sous la pression populaire et suite au retentissement national que trouve la catastrophe minière de Courrières dans l’opinion, crée le Ministère du Travail en octobre 1906. Peu avant le 1er mai 1919, la loi légalise la réduction du temps de travail à huit heures par jour.


Sous l’occupation, le régime de Vichy tente de s’approprier le 1er mai, comme le fait l’extrême-droite en France depuis de nombreuses années.
Le 26 avril 1946, le gouvernement reconnaît officiellement le caractère chômé du 1er mai. Il n’est dès lors plus un jour de grève. Il tourne aussi la page du régime de Vichy en le rendant définitivement aux travailleurs. En 1948, il devient férié et chômé.


Concernant le 1er mai 2021, nous ne pouvons que condamner avec la plus grande fermeté les violences dont a été victime le cortège CGT et le manque de réaction complice de la Préfecture de Paris qui, voyant nos camarades se faire agresser, ont maintenu le blocage des sorties prévues pour les véhicules des organisations syndicales.

En tout état de cause, nous ne nous laisserons pas intimider par ces actions d’inspiration fasciste et nous continuerons à organiser des manifestations et des rassemblements pour combattre les abus sociaux dont nous sommes victimes depuis des années.

About Author

Federation CGT du commerce