InfosRecevez par courriel le bulletin d'informationClique ici
Fédéral

LA CGT S’OPPOSERA À L’ACCORD APLD AU RABAIS DANS LA BRANCHE DES HÔTELS CAFÉS RESTAURANTS

  • novembre 26, 2020
  • 2 min read
LA CGT S’OPPOSERA À L’ACCORD APLD AU RABAIS DANS LA BRANCHE DES HÔTELS CAFÉS RESTAURANTS

Un accord sur l’activité partielle de longue durée (APLD) a été signé par 2 organisations syndicales minoritaires le 19 novembre dernier. Cet accord est loin d’être protecteur et satisfaisant pour les quelques 750.000 salariés de la branche et la CGT et FGTA-FO entendent exercer leur droit d’opposition.

Cette branche, qui souffre d’un effondrement économique lié à la crise sanitaire, mérite effectivement un texte parfaitement sécurisé et clair sur les engagements de chacun.

Jusqu’à présent, les travailleurs ont largement fait les frais de cette baisse d’activité en voyant leurs salaires amputés de 16% lorsque les employeurs se voyaient rembourser l’intégralité des indemnités versées.

Alors que les partenaires sociaux, dont la CGT, souhaitent pérenniser le dispositif d’activité partielle dans le secteur dans une logique de protection des emplois et d’équité dans les efforts fournis – c’était le sens même du contre-projet porté par CGT et FO, syndicats majoritaires – la partie patronale entend en faire un outil de flexibilité permettant la suppression d’emplois en toute impunité.

Outre ce chèque en blanc qui leur donnerait toute latitude pour procéder à des licenciements, les employeurs refusent de consentir à des efforts au même titre que ceux exigés pour leurs propres salariés. Pour la CGT, il est inconcevable qu’il n’y ait aucune contrepartie ni efforts proportionnés imposés aux dirigeants des entreprises ainsi qu’aux actionnaires et fonds de pension des grands groupes du secteur. Cet accord, s’il venait à être appliqué, mettrait en péril des milliers d’emplois tout en maintenant un confort financier pour les plus grands dirigeants et actionnaires.

Par son droit d’opposition, la Fédération CGT Commerce et Services assume ses responsabilités en protégeant notamment les travailleurs des très petites entreprises (91 % des entreprises de la branche) d’un accord qui les desservirait. Elle en appelle à la responsabilité du gouvernement pour imposer des garanties plus fortes, pendant d’un financement public extrêmement important.

Contact presse

Arnaud CHEMAIN
Secrétaire fédéral
Tél : 06 86 77 62 10

About Author

Federation CGT du commerce